1. Accueil
  2. »
  3. Europe
  4. »
  5. France
  6. »
  7. Lyon
  8. » Villa Maïa

Villa Maïa

De la place Bellecour, on devine à peine le nouveau bâtiment qui orne l'horizon de Fourvière. Pourtant, c'est bien ici que vient d'ouvrir le nouvel hôtel cinq étoiles de Lyon, la Villa Maïa, sur les crêtes de cette colline où furent érigées les premières pierres de la ville romaine qui portait alors le nom de Lugdunum. Visite de courtoisie.

De terrain militaire stratégique, le lieu a pris, au fil des siècles, une place un peu à part dans le cœur des Lyonnais qui s’étaient mis, en 1643, sous la protection de la Vierge Marie pour se défendre de la peste qui faisait alors rage, et qui n’entra finalement jamais dans la ville. Depuis, chaque 8 décembre, les Lyonnais remercient la Vierge, dont la statue, aujourd’hui installée sur le clocher de l’ancienne chapelle de Fourvière, domine toute la ville de Lyon.

C’est sur cette même colline que la Villa Maïa vient d’ouvrir ses portes. À l’image de la discrète capitale des Gaules qui l’accueille, le nouveau bâtiment de béton, couvert d’un habitacle de verre, signé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte, s’immisce avec grâce au cœur de son antique paysage. Mais il faut dire que les architectes des Bâtiments de France qui veillaient au grain, ne plaisantent jamais avec le patrimoine de nos villes.
À l’intérieur, c’est à Jacques Grange que le propriétaire des lieux, l’entrepreneur de travaux publics Christophe Gruy, a confié l’affaire. C’est d’ailleurs le décorateur parisien qui lui aurait soufflé l’idée d’associer Wilmotte au projet ! On pénètre donc par une porte de verre
pour arriver dans un lobby baigné de lumière naturelle, qu’un lustre architectural, fait d’anneaux enchevêtrés,finit de compléter.
Au sol, et ce ne sera pas les seules flatteries du genre, le marbre brun et sable rappelle déjà le site de l’Antiquaille qui sera le fil conducteur de la décoration menée par Grange. Un étage suivant et l’on arrive déjà, par voie d’escalier ou ascenseur, aux espaces publics qui, là encore, mélangent avec sublime discrétion et élégance, un style antique, subrepticement passé à la rigueur de lignes Art déco. Certains y verront aussi l’influence symétrique
de l’Asie.

Dans une palette choisie pour conforter les hôtes, le décorateur ne dépasse que très rarement les beiges, noirs et gris qui concourent à apporter la touche d’impeccable raffinement du lieu. Un raffinement poussé bien entendu jusque dans les 29 chambres, sept suites et l’appartement que compte l’hôtel.
Là même où l’influence de l’Antiquaille poursuit son œuvre, par touches discrètes, invisibles aux nonchalants, dans le marbre ou la géométrie des carreaux de salle de bains. Mais loin de l’imitation – Jacques Grange oblige ! , le décorateur pique les classiques de pointes de modernité avec des Anamorphoses ici (signées Charles Maze) ou quelques toiles Pop Art dans les salons ou le bar de l’hôtel. S’ajoutent enfin les jardins de Louis Benech, qui aura conçu ici un jardin des simples, aussi méditatif que parfumé et dont l’humilité et l’harmonie ne peuvent que ravir les hôtes assis en terrasse ou allongés aux Thermes où l’on peut jouir de quelques longueurs dans la piscine de 20 mètres de long. Et puisque nous sommes dans la capitale de Gaules, qui est aussi celle de la gastronomie (les Halles Paul Bocuse feront les délices des amateurs), la Villa Maïa s’est adjoint le talent de Christian Têtedoie – meilleur ouvrier de France en 1996, une étoile au Guide Michelin – qui reçoit dans son restaurant éponyme les amoureux de mets d’exception. Le chef travaille avec pureté, et là encore humilité, les meilleurs produits de France. Tout cela avec, en contrebas, la ville qui s’offre sans partage aux hôtes de la Villa Maïa.

 

 

Prix moyen : 450.00 €
Contact & Réservation
Adresse :
8 rue Professeur Pierre Marion, 5e arr., Lyon, France 69005
Téléphone : +33 (0)4 78 16 01 01
  
  
Mes favoris Imprimer la fiche Ajouter aux favoris

A proximité

Collège Hôtel

Lyon, France

Mama Shelter Lyon

Lyon, France

Marguerite

Lyon, France